Publié par : Malika Benarab-Attou | 29 novembre 2009

La question de l’avenir du peuple palestinien posée au Président de la Commission

 

Voici l’extrait de la plénière au cours de laquelle MBA est intervenue au sujet de la journée interntionale de solidarité avec le peuple palestinien. Son intervention posait la question du positionnement de l’Europe face à ce conflit.

 

La vidéo de la cérémonie est visible sur le site du Parlement Européen à l’adresse suivante : http://www.europarl.europa.eu/

Pour visualiser cette vidéo, vous devez disposer du lecteur Adobe Flash. L’affichage de la vidéo peut varier  en fonction de votre connexion à Internet.

 

Voici l’extrait du compte rendu de cette plénière :

Malika Benarab-Attou :

– Monsieur le Président, je voudrais vous faire savoir que dans quelques jours se tiendra la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

La situation du peuple palestinien écrasé, colonisé, meurtri, tué ne doit plus perdurer.

Nous, Européens, de par nos valeurs de solidarité, de fraternité, avons la responsabilité de trouver une solution à cette situation rapidement, avant qu’un bain de sang ne se reproduise.

Le gouvernement israélien poursuit ses colonisations à marche forcée et après avoir, au début de cette année, commis des crimes de guerre. Les symboles et les larmes ne suffisent plus. La seule solution, aujourd’hui, pour arrêter cette politique mortifère du gouvernement israélien est la reconnaissance et, surtout, l’existence de l’État palestinien.

Le peuple palestinien, comme les autres peuples, a droit à une existence digne et qui corresponde à ses aspirations.

En tant que président de la Commission, et avec Mme Ashton, agirez-vous dans ce sens et, si oui, de quelle manière?
     
              
José Manuel Barroso, président de la Commission :

− Tout d’abord, je tiens à m’associer à vos paroles concernant la solidarité avec le peuple palestinien, qui souffre effectivement d’un manque de respect pour son droit à l’autodétermination.

En ce qui concerne la question concrète que vous m’avez posée, c’est aux États membres qu’incombe la responsabilité de reconnaître ou de ne pas reconnaître un autre État.

Notre position, la position que la Commission a toujours défendue, consiste à soutenir la coexistence de deux États: le droit de l’État d’Israël à exister librement et sans que sa sécurité soit menacée et, parallèlement à cela, le droit du peuple palestinien à construire son propre État.

Nous voulons que la coexistence de ces deux États puisse créer une nouvelle situation, non seulement pour le peuple d’Israël et le peuple palestinien, mais aussi pour toute la région, car c’est effectivement là une situation très grave, qui met en péril non seulement l’espoir du peuple palestinien, mais aussi la paix régionale et la paix dans le monde.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :