Publié par : Malika Benarab-Attou | 4 janvier 2010

Biblio idéale

« Plutôt qu’une liste de livres je préfère partir des auteurs car il me semble toujours important, lorsqu’on lit ou écoute quelqu’un, de savoir « d’où il parle ».

Une première étagère :

Abdelkebir KHATIBI

Un intellectuel musulman touche-à-tout génial : philosophie, poésie, critique d’art, politique, syndicalisme…
Je n’ai malheureusement pas pu le rencontrer, car il était malade et il est décédé en 2009. Je lui ai rendu hommage au Parlement Européen lors d’une réunion de la Délégation Maghreb. Son oeuvre complète est parue en 3 tomes aux Éditions de la Différence :
– ROMANS ET RECITS – POESIE DE L’AIMANCE – ESSAIS
Le premier essai qui m’a fortement marqué est MAGHREB PLURIEL.

Michel SERRES

Difficile de choisir dans l’œuvre de ce philosophe prolixe et d’une incroyable culture. Son écriture est toute de finesse, je l’apprécie particulièrement. Je retiens :
– ROME OU LES FONDATIONS
– LES CINQ SENS (où il fait la différence entre la logique des boites et la logique des sacs)
Essais déjà anciens, j’avoue moins connaitre ses écrits plus récents mais ses interventions à la radio montrent qu’il continue toujours à cheminer.

MONTAIGNE

Le premier philosophe qui m’a fait aimer/fait découvrir la puissance d’une pensée vibrante, vivante.
Je me remémore souvent sa phrase : « Que philosopher c’est apprendre à mourir ».
– les ESSAIS, bien sûr.

– Edgar MORIN

Intellectuel majeur de notre époque pour comprendre et agir. Ancien résistant, il apporte son soutien à la cause d’indépendance et à la dénoniciaton des guerres d’Algérie, se fait critique du sionisme alors qu’il est d’ascendance juive, son engagement contre la non-violence et pour la Paix en font une bonne personne.
– LA MÉTHODE
avec ses différents volets = à lire absolument
– VIDAL ET LES SIENS, où je découvris ce qu’est le marranisme.
Toute son œuvre est stimulante et pose des questions et des ouvertures pour la femme politique que je suis devenue : une source inépuisable.

– Germaine TILLION

Morte en 2008 à plus de 100 ans..
Une humaniste inépuisable : résistante (réseau du Musée de L’Homme) emprisonnée dans un camp en Allemagne, négociatrice avec le FLN lors de la guerre d’Algérie. Elle a mis en place des centres sociaux juste avant l’indépendance qui resteront un acquis pour les Algériens après la libération de leur pays. Mais aussi anthropologue avec un livre méconnu et passionnant sur « La Méditerranée et la place des femmes » (c’est le titre dans la version espagnole) mais dont le titre le dessert en français :
– LE HAREM ET LES COUSINS
A lire absolument par les passionné(e)s de la culture méditerranéenne !
Surtout pour les tenant(e)s du rejet absolu du foulard comme signe d’asservissement des musulmanes : c’est un peu plus compliqué…

– Boualem SANSAL

J’ai eu l’occasion de croiser BS deux fois, à Lyon et à Chambéry en 2007. Quelle surprise de voir cet auteur que j’admire venir tenir une conférence dans ma ville, avec laquelle il semble avoir noué (merci à l’équipe de l’association l’Oeil) une relation particulière. Ce qui m’a frappé c’est sa modestie et sa facilité d’approche.
BS, malgré le courage de ses écrits, les risques qu’il encourt du fait de sa dénonciation des affres des pouvoirs algériens, a décidé de continuer à vivre en Algérie.
Pour qui s’intéresse à l’Algérie la lecture des livres de BS est indispensable aujourd’hui.
– LE SERMENT DES BARBARES
– HARRAGAS
romans,
– ALGERIE, POSTE RESTANTE
– ELOGE DE LA MEMOIRE
essais
– LE VILLAGE DE L’ALLEMAND
son dernier roman d’une force incroyable qui ne peut vous laisser indemne à sa lecture.

– Rachid MIMOUNI

Je ne peux citer BS sans mentionner RM, un écrivain tellement boulversé/meurtri par la situation algérienne, qu’il en est mort en quelque sorte. Avec la décennie noire de 90, malgré son attachement à l’Algérie, il a dû s’exiler, par crainte pour la vie des membres de sa famille. Il a tellement souffert de cet éloignement qu’il en est tombé malade.
C’est lui qui a incité BS à écrire.
Il émanait de sa personne une profonde humanité, il nous manque, ne l’oublions pas.
– LE FLEUVE DETOURNE, roman

– Robert MUSIL

Un roman fleuve, qui vous plonge dans l’atmosphère viennoise du début du siècle.
Qui veut s’inscrire dans une approche culturelle de l’Europe d’aujourd’hui, doit lire
– L’HOMME SANS QUALITE
Un plaisir de lecture immense pour moi, un peu déroulant et à-priori longuet au début, mais c’est la manière de rendre compte et de rentrer dans cette atmosphère langoureuse du début du siècle dans ce creuset de l’Europe moderne, avant que les guerres ne fassent tout basculer.

– Norbert ELIAS

Un essayiste, sociologue, qui s’intéresse au début et à la formation de la culture européenne. A lire presque comme un roman.
– LA CIVILISATION DES MOEURS

– IBN KHALDOUN

Un précurseur du 14ème siècle : un ouvrage magistral de philosophie politique. Le premier maghrébin au sens historique et politique ? Un fondateur dont la pensée et l’oeuvre est à s’approprier.
–  MUQADDIMA – Prolégomènes ou Discours sur l’histoire universelle.

– Schlomo SAND

Une analyse de l’origine historique de la notion de « peuple juif » et de l’utilisation qui en est faite aujourd’hui, dans l’idéologie sioniste, par le pouvoir israélien et les tenants du sionisme. Un livre courageux qui a fait l’objet de nombreux débats en Israël.

– COMMENT LE PEUPLE JUIF FUT INVENTE

A suivre… »

MBA


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :