Publié par : Malika Benarab-Attou | 26 avril 2010

La Savoie, Sarkozy et moi *

La Savoie est ma région d’adoption. Sa culture de montagne a forgé un peuple aux valeurs auxquelles j’adhère. Algérienne et Kabyle  d’origine, les affinités avec le peuple Savoyard ont été immédiates. Les valeurs de fidélité à la parole donnée, de solidarité, de persévérance (le Président a parlé d’obstination) nous ont, à partir d’une identité territoriale, ouvert à l’universalité des valeurs humaines.
 
Je suis pour un régionalisme différencié.
Cette position est celle de mon groupe, les Verts, précurseur en la matière.
Lors des consultations du comité Balladur, Cécile Duflot, secrétaire nationale, a expliqué et soutenu cette vision, que nous avons portée, en tant qu’élus Europe Ecologie de la région Sud-Est, aux élections Européennes de 2009. Le partenariat avec Régions et Peuples Solidaires, dont le Mouvement Région Savoie est  membre, s’inscrit dans cette approche commune.
 
L’Ecologie politique soutient la nécessité d’agir et de gouverner au  plus près des territoires et des aspirations des citoyens qui les peuplent. Il s’agit de ne pas faire des politiques « hors sol », pensées en haut par une technocratie et imposées aux citoyens dans ce qui fonde leur vie au quotidien.

Les territoires de la République n’ont ni la même taille, ni les mêmes caractéristiques historiques et géographiques et donc par conséquent ne peuvent se voir appliquer des modes de gouvernance uniformes. La Savoie, comme région de montagne et de lacs, a une histoire singulière, qui diffère de celle de Rhône-Alpes.
Ce n’est pas une question de démographie ou de dimension des espaces, mais juste permettre aux citoyens d’avoir une bonne vie, parce que les choix politiques correspondent à leur existence quotidienne.
 
Lors de la venue du Président de la République ce 22 avril à  Chambéry, je suis allée entendre son discours en tant que Députée au Parlement Européen. Je salue certains de ses propos qui tranchent avec le débat sur l’identité nationale (qu’il a lancé avec Eric  Besson) objet de tant de manipulations honteuses.
Cette (r)évolution dans les propos politiques sera-t-elle suivie d’actes en cohérence avec cette vision ?
En voici un extrait :

« on ne bâtit pas un grand pays en niant les identités de toutes ses petites patries qui font la grande patrie française.
L’unité de la France a plus à craindre d’une uniformité rigide que d’une souplesse dans la diversité et la reconnaissance de chacune de ses identités de notre territoire.
On ne construit rien sur la haine et sur l’exclusion.« 

 
8 millions de Français ont des revenus en dessous du seuil de pauvreté, les faisant vivre ainsi dans l’exclusion. Quelles lois et actions audacieuses le gouvernement de M. Sarkozy proposera t’il  pour permettre à nos concitoyens d’avoir une vie décente à la hauteur de notre grande nation parmi les plus riches de la planète ?

Par ailleurs le président de la République a évoqué l’importance de la Résistance, dont les Savoyards ont été des héros et a voulu se donner une image d’inscription dans la filiation aux résistants en se rendant en pélerinage annuel au plateau des Glières, lieu si symbolique de la Savoie.

Comment ne pas pas être heurté-e de ce qui peut n’apparaître qu’une manipulation ?
Les décisions politiques depuis l’élection de M. Sarkozy n’ont été qu’un travail minutieux de déconstruction des acquis du Conseil  National de la Résistance (CNR) qui a mis en oeuvre le plan « Les  jours heureux ».
Ceci n’est pas l’effet d’une vision partisane de notre part. C’est une volonté politique, clairement exprimée par M. Denis Kessler le 4 octobre 2007 :

 » Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945 et de  défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la  Résistance […] Le gouvernement s’y emploie. « 

Alors oui, sur la question du régionalisme différencié, la position importante de soutien au processus qui a été lancé par les deux présidents des conseils généraux de Savoie, qui ont opté pour la  fusion de leurs départements, est à accueillir avec satisfaction. Il reste à définir, par les élus concernés, les modalités de cette nouvelle organisation.
 
Mais nous attendons, avec impatience et exigence, un vrai tournant dans la politique des réformes mortifères menée par le gouvernement  actuel de M. Fillon sous l’autorité de M. Sarkozy.
S’inscrire dans la filiation du CNR oui mais à condition de ne pas en bafouer la philosophie. Des réformes sont bien sûr nécessaires dans ce monde en mutation mais en gardant la volonté de garantir à tous les citoyens, et pas seulement à une élite, une vie décente grâce aux services publics qui sont les lieux de sauvegarde des biens communs : santé, logement, environnement, travail, éducation, culture et humanisme.

 

 
logo les verts / ALE*Malika BENARAB-ATTOU
Députée au Parlement Européen
Chambérienne


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :