Publié par : Malika Benarab-Attou | 10 octobre 2010

10ème rencontre entre parlementaires européens et algériens – Economie

Réaction du député algérien Abdelkrim Harchaoui, député RND et ancien Ministre des Finances.

 

 

« Les évaluations qui ont été effectuées en Algérie et des deux côtés aussi de la Méditerranée ont confirmé qu’il y a eu une évaluation positive, au niveau des échanges commerciaux surtout.

 

La balance commerciale fait ressortir une évolution très sensible des exportations européennes en direction de l’Algérie. Elles sont passées pratiquement en 2005 de 12 Milliards de dollars à hauteur de 21 Milliards de dollars entre 2008 et 2009. Ce niveau va rester relativement stable, d’autant plus que l’Europe est un fournisseur important de l’équipement industriel, de fournitures et d’accessoires, qui servent donc dans le programme de relance économique et de soutien de la croissance: D’autant plus que l’Algérie a un projet  de plan quinquennal déjà engagé en 2010 et à l’horizon de 2014, en application du programme du Président de la République, qui s’élève a 286 Milliards de dollars. Tout cela va soutenir une dynamique de développement qui fera que l’Europe continuera à être un fournisseur d’équipement pour l’Algérie.

 

L’Algérie exporte essentiellement des hydrocarbures: L’accord d’association a prévu une contribution a la diversification de l’économie algérienne et au développement d’autres expressions. Malheureusement ces exportations sont restées très limitées et elles ont même diminuées récemment. Il y a eu moins d’IDE (Investissements Directs à l’Etranger): un milliard et demi de dollars en 2008 contre 800 Million de dollars en 2009.

 

A la Commission européenne et aux pays européens qui reprochent à l’Algérie d’avoir des mesures et des prix protectionnistes qui seraient contraires à l’accord d’association, nous avons précisé que l’Algérie est un pays qui a respecté toutes les clauses de l’accord d’association. Mais avec l’évolution de l’économie algérienne en 2009, et du fait de l’effondrement du prix du pétrole, nous avions perdu presque 33 milliards de dollars en recette extérieure entre 2008 et 2009. C’est donc un motif légitime que d’assainir notre marché intérieur, d’organiser notre marché et de protéger l’économie algérienne et surtout les productions et les industries naissantes qui sont censées apporter une valeur ajoutée et une croissance à l’économie algérienne.

 

Nous estimons que l’UE et les entreprises européennes devraient comprendre cela comme des mesures légitimes… mesures qui sont insignifiantes par rapport à leur intervention dans la régulation économique suite à la crise financière qui les a touchés et qui les a amenés à lancer des plans de relance budgétaires très lourds et qui alourdissent leur dette publique.

 

Ce qu’a fait l’Algérie est tout à fait normal au vue de la situation mondiale exceptionnelle et nous pensons que la clause de rendez-vous de 2010 fixée dans l’accord d’association est une clause juste qu’il faut absolument mettre à contribution pour réviser le rythme de démantèlement et mieux protéger l’économie algérienne jusqu’à ce que les conditions de concurrence et de compétitivité soient réunies. »

 

 



 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :