Publié par : Malika Benarab-Attou | 5 décembre 2010

Que fait l’Europe pour l’économie européenne?

Les conditions climatiques ont empêché Malika Benarab-Attou et son confrère Jean-Luc Bennahmias d’être présents à Marseille pour le « Forum CItoyen » organisé le jeudi 2 décembre 2010 par le Bureau d’Information du Parlement européen pour le Sud-est de la France. Néanmoins, Mme Benarab-Attou n’a pas manqué de communiquer ses réponses à trois questions principales; la question de l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, celle du rôle du parlement européen dans la résolution du conflit au Sahara occidental, enfin la question de l’Europe et des jeunes.

 

 

EUROSTUDIO: les réponses de Malika BENARAB-ATTOU

 

 

Quel rôle des parlementaires dans les relations avec le Maghreb, l’Afrique, résolution du conflit du Sahara occidental ?

 

Malika BENARAB-ATTOU : En tant que membre de la Commission des affaires étrangères du Parlement européen et de la Commission mixte UE-Maroc, je suis intervenue le jeudi 18 novembre dernier auprès du Ministre des affaires étrangères du Maroc Taïeb Fassi-Fihri et de la Présidente de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants marocaine. Je leur ai rappelé que la responsabilité de la résolution du conflit incombait à l’ensemble des acteurs, les Marocains, les Sahraouis, les Algériens et les Espagnols.

 

Je suis par ailleurs membre de la délégation du Parlement européen pour les relations avec les pays du Maghreb, je pense personnellement que la solution doit être le fruit d’une volonté commune de tous les acteurs, via l’intégration régionale d’un Maghreb pluriel et démocratique.


Plus précisément sur les violences que nous avons vues aux alentours des camps sahraouis durant l’intervention des forces de police marocaines, le Parlement européen a adopté une position forte demandant au Maroc de faire un enquête dans les plus brefs délais sur les évènements, en affirmant que l’ONU est la mieux abilitée pour cela. Nous voulons également que cessent les violations des droits de l’Homme au Maroc qui lui seul bénéficie d’un statut avancé avec l’Union européenne. Il est inacceptable que soit refusé à des journalistes et à des députés européens l’accès aux camps sahraouis.

 

Plus précisément sur les violences que nous avons vu aux alentours des camps sahraouis durant l’intervention des forces de police marocaines, le Parlement européen a adopté une position forte demandant au Maroc de faire un enquête dans les plus brefs délais sur les évènements, en affirmant que l’ONU est la mieux abilité pour cela. Nous voulons également que cesse les violations des droits de l’Homme au Maroc qui lui seul bénéficie d’un statut avancé avec l’Union européenne. Il est inacceptable que soit refusé à des journalistes et à des députés européens l’accès aux camps sahraouis.

 

J’ai donc parlé de cette situation dramatique avec mes collègues cette semaine au Ministre des affaires étrangères marocain qui est revenu au Parlement européen ce mercredi.  J’ai alerté sur les cas d’abus et de torture des détenus sahraouis dont m’ont fait part les organisations de défenses des droits l’Homme, notamment Human Rights Watch et la REMDH (Réseau Euromed pour les Droits de l’Homme).

 

 

Que fait l’Europe pour les jeunes ?

 

MBA : Le rôle de l’Union européenne consiste à proposer des objectifs communs tout en laissant les Etats membres libres de choisir les moyens de leur choix pour les mettre en œuvre, et à identifier les bonnes pratiques des États membres (par exemple, la lutte très efficace de la Finlande contre le décrochage scolaire) et inciter les autres États membres à suivre ces bonnes pratiques.

Les différentes priorités de l’UE pour la jeunesse sont :


·Encourager le volontariat

Faire du volontariat, c’est contribuer à sa communauté, faire œuvre de citoyen et faire vivre les valeurs européennes communes, comme la solidarité et la cohésion sociale. Cela permet également d’acquérir des connaissances et des compétences et donc d’améliorer sa capacité d’insertion professionnelle (atout important en période de crise économique !) Aujourd’hui, le volontariat rencontre peu de succès auprès des jeunes car les programmes de volontariat sont peu visibles et qu’il y a peu de volonté des Etats membres de les mettre en valeur.

 

Pour cette raison, l’UE a nommé « 2011, année européenne pour le volontariat ».


·Favoriser la participation des jeunes à la vie démocratique européenne en finançant des organisations et des projets qui lient jeunesse et démocratie. Aujourd’hui, la priorité est d’instaurer des consultations régulières de forums de jeunes, d’impliquer les jeunes dans la préparation des politiques et la prise de décisions ; financer des rencontres de jeunes et de responsables de la politique de la jeunesse.


·Encourager la mobilité des jeunes et en particulier les étudiants (avec Erasmus), les apprentis (avec Leonardo), les bénévoles (avec le Service Volontaire Européen), les écoliers, collégiens et lycéens et enseignants (avec Comenius).


·Améliorer les politiques d’éducation et de formation tout au long de la vie et réduire le décrochage scolaire et l’illettrisme, favoriser l’accès des jeunes à l’éducation et à l’emploi, réduire les discriminations entre les jeunes.

 

·Améliorer les informations disponibles pour les jeunes sur les questions européennes (via les sites web…) car il y a une masse d’information disponible en ligne, mais un manque énorme de lisibilité.

 

 

Est-ce que l’Europe ressemblera aux Etats-Unis, que la Turquie rentrera en Europe ?

 

MBA: Justement tout récemment en tant que membre des commissions des affaires étrangères et de la Culture, je suis intervenue devant le Commissaire européen en charge de l’élargissement, Stefan Füle, lors d’un échange de vue au Parlement européen sur la stratégie d’élargissement 2010 de la Commission européenne.

Pour moi l’enjeu de l’adhésion turque est primordial pour la Turquie et pour l’Europe mais aussi au delà, l’adhésion d’un pays à majorité musulmane au sein de l’Europe signifie une reconnaissance par celle-ci de ses citoyens musulmans, et donc de sa pluralité.


Il n’empêche que les réformes constitutionnelles visant à renforcer l’Etat de droit, les libertés publiques et le pluralisme autant politique que linguistique et culturel en Turquie restent indispensables.


Tout aussi important moi est la négociation en vue de cette adhésion. A ce titre j’ai souhaité adresser au Commissaire mes préoccupations envers la protection de la diversité culturelle et biologique en Turquie, j’ai voulu alerter le Commissaire sur les risques environnementaux et culturels engendrés par certains barrages en Turquie par exemple (au sein d’un immense projet de 19 centrales hydroélectriques, les projets de barrages, construits notamment par nos entreprises européennes, menacent d’engloutir des sites millénaires, patrimoines de notre histoire commune euro-méditerranéenne, byzantine, arabe, iraquienne, kurde et turque!).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :