Publié par : Malika Benarab-Attou | 10 décembre 2010

AFET – La question du Sahara occidental

AFET – La question du Sahara occidental

 

 

1er décembre 2010 – Réunion de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen (AFET) en présence de Mohamed Salem Ouldsalek, Représentant du Polisario et Taib Fassi-Fihri, Ministre des affaires étrangères du Maroc

 

Réaction de Malika Benarab-Attou suite à la réunion:

 

« C’est frustrant de ne pas avoir de négociation sur la table et d’avoir des points de vue qui vont dans des voies différentes.

 

[…]

 

Je pense que le défi et la responsabilité de tous, les Algériens, les Sahraouis et les Marocains, c’est de mettre concrètement en œuvre une Union, une intégration maghrébine plurielle et démocratique.

 

C’est notre responsabilité à tous parce qu’il y a un potentiel de jeunesse pour tous les pays, des ressources complémentaires, et si nous ne faisons pas cela, nous n’aurons pas de société qui permette des emplois et des vies décentes pour les maghrébins.

 

Ce qu’il y a d’intéressant c’est que tous disent la même chose. Oui l’on veut un Maghreb uni… mais il y a toujours des morts. Ca n’est pas possible d’accepter ca, c’est dramatique. Les peuples ne veulent pas ca, les gouvernements et les autorités doivent concrètement prendre leur responsabilité et négocier.

 

[…]

 

L’Union européenne (UE), parce qu’elle a ce projet pour l’Union Pour la Méditerranée (UPM), est un pôle important. Elle doit prendre ses responsabilités, acter et agir pour contribuer à cette intégration.

 

Elle peut faire avancer les choses à travers le comité mixte Union Européenne – Maroc. Il y a aussi une proposition d’un élu, qui suggère que l’UE – et donc pas seulement le Parlement, devrait avoir un représentant sur le territoire sahraoui, comme l’ONU, pour résoudre cette question, avoir une vision objective, être sur le terrain, observer et faire avancer les choses.

 

Nous devons faire des liens entre les différents acteurs, parce qu’en tant qu’européens, et pour l’UPM, nous devons faire avancer ce dossier et faire des actions comme ce représentant.

 

Je crois qu’une délégation des membres de cette commission mixte devrait être mise en œuvre pour observer la situation car nous avons des visions différentes. Il faut que l’on se fasse une vision objective, ce que permettrait la présence d’une délégation sur place.

 

La position de la France n’est pas très claire. M Sarkozy a lancé en 2008 cette UPM mais maintenant c’est en stand-by.

 

La question de la Palestine fait que nous n’avançons pas sur cette UPM mais il y a aussi la question du Sahara occidental. La Ministre des Affaires étrangères n’a pas encore pris de position à ma connaissance sur cette question. »

 

 


 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :