Publié par : Malika Benarab-Attou | 17 février 2011

Situation en Egypte : Les Verts au PE demandent aux Etats membres de l’UE de geler les avoirs financiers de Moubarak et de ses proches

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Strasbourg, le 17 février 2011

 

Ce jeudi 17 février 2011, le Parlement européen a adopté une résolution sur la situation politique actuelle en Egypte. S’exprimant au nom du Groupe des Verts/ALE, Daniel Cohn-Bendit a estimé que:

 

« Aujourd’hui, force est de constater que tout le monde reconnait que Moubarak était un dictateur, alors qu’il y a encore un mois, y compris  au Parlement européen, peu de voix s’élevaient pour affirmer cette évidence.

 

Il est par conséquent fondamental que la Commission européenne et le Conseil remettent en question la real politique qu’ils pratiquent depuis des années dans ces parties du monde, tant en Egypte qu’en Tunisie. Tout comme il est indispensable de s’interroger sur l’ambivalence des relations que l’UE entretenait avec des dictateurs qui gouvernent ces pays depuis des décennies. Il est non seulement nécessaire de geler les avoirs financiers de Moubarak et de ses collaborateurs mais également ceux de sa famille.

 

Que faire suite à un tel tsunami politique? D’une part réorienter les fonds destinés à ces pays afin de parvenir à une lutte efficace contre la faim et la misère et empêcher toute tentation islamiste autoritaire. D’autre part, proposer un envoyé spécial pour accompagner le processus de démocratisation par l’élaboration d’une nouvelle Constitution ».

 

Hélène Flautre, eurodéputée Verts/ALE, membre des Commissions LIBE et AFET a quant à elle souligné que:

 

« Les populations de la région réalisent une prouesse démocratique tout à fait épatante et l’UE tient là une chance historique de répondre enfin à sa promesse de libertés. Nous devons maintenant nous atteler à refondre la politique euro-méditerranéenne  en prenant appui sur l’énergie et les exigences des sociétés civiles de la région.

 

Il est temps de tirer les conséquences d’une approche soit disant « réaliste », au nom de la sécurité et de la stabilité, qui vole en éclats sous nos yeux. 

Ce n’est pas gagné: les premières réactions gouvernementales à l’arrivée de tunisiens sur Lampedusa remettent les réflexes sécuritaires à l’agenda alors que la priorité est de soutenir efficacement la transition démocratique. »  


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :