Publié par : Malika Benarab-Attou | 25 mars 2011

Nés sous X dans le monde arabo-musulman : questionnement d’un pupille de l’Etat

Dans  » Nés sous X dans le monde arabo-musulman : questionnement d’un pupille de l’Etat « , Mohamed-Chérif Zerguine évoque l’enfance abandonnée.

 

Naître sous X, un thème qui lui tient particulièrement à cœur puisque Mohamed-Chérif Zerguine a été lui-même cet enfant abandonné. Cet essai est donc plus qu’une recherche ou qu’un plaidoyer, c’est un ouvrage vers la sérénité. Mohamed-Chérif Zerguine espère de cette manière contribuer à l’épanouissement de tout enfant installé sur les braises de la souffrance. Par son témoignage, il espère aider ces jeunes orphelins.

 

 » Il existe un droit que nul ne peut remettre en cause, quelque soit son origine, sa religion, sa culture, son orientation politique ou sa situation juridique. C’est le lien du sang, de la filiation que l’on peut taire ou ignorer, mais jamais effacés.

Nul ne naît sans famille. »

 

Mohamed-Chérif Zerguine

 

Interpellée par son questionnement et ses doutes, Malika Benarab-Attou a été heureuse de soutenir son projet en de préfaçant son ouvrage.

Préface par Malika Benarab-Attou

LA VIE : CE BIEN QUE RIEN NE CONTIENT

 

Ce livre de Mohamed-Chérif Zerguine est un ouvrage courageux qui ouvre la question et le projet d’un pari sur la vie.
Je ne suis pas exégète et je ne me situerai pas dans le champ du religieux.

 

Je suis une femme politique qui aimerais contribuer à imaginer et construire un avenir décent et heureux à mes concitoyens et concitoyennes qui ont démarré leur vie d’une façon difficile car ils-elles n’étaient, ne sont pas toujours, accepté-e-s parce que né-e-s sous X, abandonné-e-s à la naissance. Il s’agit de leur permettre de renouer avec la vie, de sortir d’un passé mortifère.

 

C’est un enjeu, une responsabilité pour tous les Algériens et les Algériennes : renouer avec la vie, la mettre au centre du projet de la société.

 

Une guerre d’indépendance meurtrière qui a fait plus d’un million de victimes algériennes. Une jeunesse qui survit sans pouvoir se projeter dans un avenir souhaitable, prête à se jeter dans des bateaux de fortune au risque de mourir par centaines voire par milliers.

 

Une décennie 90 qui a fait tant de morts et qui laisse des familles chagrinées ne pouvant faire leur deuil ni panser leurs blessures car la justice ne leur a pas été rendue.

 

Les Algériens se doivent de reprendre la vie à bras le corps, travailler à vivre et à construire une société viable, vivante, où les vivants, tous les vivants, sont au cœur du projet politique, social et religieux.

 

Le degré de civilisation d’une société se jauge à la façon dont elle s’occupe et protège les plus démunis d’entre ces membres : les nouveau-nés, les enfants abandonnés, séparés de leur mère, de leur père.

 

Naître sous X, de nos jours encore, c’est risquer la mort à un taux très élevé.
Naître sous X aujourd’hui, c’est subir le mépris ou l’évitement.

 

C’est être nié-e dans son être, ne pas être reconnu-e.

 

Ce livre offre une voie aux Algériens et aux Algériennes pour leur permettre de commencer à travailler à consolider une société des Vivants.

 

Car protéger les enfants abandonnés, leur permettre de vivre en les protégeant c’est accepter que la vie humaine, quelle que soit ses conditions d’existence, est à protéger comme un bien précieux.

 

Un bien que rien ne contient mais qui fait que nos existences à tous ont un sens.

 

Malika BENARAB-ATTOU
Députée au Parlement Européen
Franco-Algérienne
Africaine-Européenne

Nes_sous_X_Preface 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :