Publié par : Malika Benarab-Attou | 4 avril 2011

Interview de Zineb El Rezhoui, bloggeuse marocaine

Interview de Zineb El Rezhoui, bloggeuse marocaine, co-fondatrice du Mouvement MALI et coordinatrice du mouvement du 20 février.

 

 

Dans son interview, Zineb El Rezhoui explique l’autoritarisme des autorités marocaines, ou comment, du jour au lendemain, l’ensemble de la rédaction de son journal a été scellée et interdite de diffusion. Le régime marocain a fermé un organe de presse qui n’avait plus sa place dans un régime où la presse indépendante doit être muselée et a carrément disparu. Pour continuer à travailler, la journaliste en est alors venue au Blog.

 

Selon Zineb El Rezhoui, le Maroc va traverser une période profonde de perturbations. Le Roi campe sur son pouvoir absolu et sa sacralité. Les Marocains ne sont pas dupes. Le roi n’est pas allé jusqu’au bout des réformes, ce qui le met en confrontation directe avec son peuple. Une plus grande confrontation entre le trône et le peuple va s’engager. Le compte à rebours du totalitarisme est déjà engagé, même si les choses, pour le moment, se passent de manière très pacifique.

 

Initié par les jeunes sur les réseaux sociaux et par beaucoup de composantes civiles de la société marocaine, le mouvement du 20 février 2011 rassemble le plancher des revendications démocratiques du peuple marocain. Beaucoup de composante de la sphère publique partage le désir de la séparation des pouvoirs. Les marocains attendent une véritable démocratie parlementaire, une démocratie des institutions, une vraie constitution, une constitution sans sacralité, sans droit divin. Cette constitution doit être garante des libertés et des droits individuels. La constitution doit aussi être conforme au référentiel universel des droits de l’homme. Avec une telle constitution, le fantôme islamiste ne fera plus aussi peur. Il deviendra alors seulement une des composantes du débat public.

Toujours selon la journaliste, si l’islamisme est le fait de mettre le religieux au cœur de la politique, et si l’état marocain reste théocratique, alors Mohamed VI serait le premier islamiste du Maroc.

La France jour un rôle important. Les marocains sont nombreux à attendre qu’elle soutienne ceux qui se battent. « Nous attendons de la France qu’elle cesse ses compromissions pour certains intérêts économiques qui existent entre la France et le Maroc. Ces compromissions font qu’une grande partie de la classe politique française ne peut pas s’exprimer. Il y a une certaine complaisance pour ces régimes politiques dictatoriaux. Les démocrates qui partagent nos valeurs, doivent faire comprendre à ceux qui ont le pouvoir, qu’ils ont misé sur les mauvais chevaux On ne peut pas miser sur un essor économique de façade. Le vrai développement c’est la démocratie aujourd’hui. La France doit porter nos valeurs, elle a pour cela un rôle historique. »

 

Pour voir l’interview dans son intégralité, prière de se rendre sur la page http://dai.ly/hnojRI. Merci !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :