Publié par : Malika Benarab-Attou | 30 avril 2011

Solidarité avec les peuples de la rive sud de la Méditerranée

Alors que la situation s’enlise en Libye et dérape en Syrie, 150 personnes s’étaient réunies à Lyon, le vendredi 15 avril, sur l’initiative de l’eurodéputée Malika Benarab-Attou, pour un débat et une conférence sur la solidarité avec les pays de la rive sud de la Méditerranée.

 

On écoute Malika Benarab-Attou

(voir la vidéo sur http://www.dailymotion.com/video/xifpj1_solidarite-avec-les-peuples-du-maghreb_news )

« C’est un moment historique pour ces nations. L’Union européenne (UE) doit prendre conscience de ce moment historique, doit être à l’écoute et ne doit pas donner de leçon. L’UE, étant donné les valeurs qu’elle porte, celle de la démocratie et des droits de l’Homme, doit être en cohérence avec ses valeurs, pour soutenir, les démocrates qui sont en train travailler dans les pays de la rive sud de la Méditerranée.

L’un des enjeux aujourd’hui c’est aussi que la politique migratoire de l’UE change. Il faut savoir que les européens ont la possibilité d’aller dans les pays de la rive sud de la Méditerranée, en tant que touristes. Certains en tant que retraités n’ont pas besoin de visa pour aller en Tunisie et au Maroc. Mais ce n’est possible dans l’autre sens. Il n’y a pas d’égalité de traitement. Et pourtant les gens de la rive du sud sont comme tout le monde, ils ont envie de voir le monde. Si pour la Tunisie en particulier, une économie se met en place, avec une société ouverte qui permette aux jeunes d’imaginer une vie décente, ils repartiront.

La situation libyenne est des plus complexes. On ne peut pas classer les bons d’un côté et les méchants de l’autre. Avant de bombarder il faut réfléchir. Nous avons enclenché une guerre. S’il existe c’est vrai une situation de risque pour des peuples d’être massacré, c’est aussi parce que nous avons laissé Khadafi agir en toute impunité. Nous aurions dû intervenir plus tôt pour éviter la situation dramatique dans laquelle le peuple libyen se retrouve aujourd’hui. Je ne pense pas que l’on puisse dire que l’on va amener la démocratie par les bombardements. »

 

D’autres intervenants, de l’ensemble des pays du Maghreb et du Mashrek avaient répondu à l’invitation de la députée. Moussa Harim, opposant libyen au régime, rappelle l’étendue des besoins en Libye ; des besoins sanitaire, humanitaire, alimentaire, etc. Il insiste aussi sur l’impossibilité de dialoguer avec le Colonel Khadafi.

 

De son côté la Région de Lyon essaie aussi de se solidariser avec les peuples de la rive sud. L’aide d’urgence aux frontières a été votée au dernier Conseil régional. La Région essaie aussi de mobiliser la société civile, la diaspora et toutes les personnes issues des migrations de ces nations. Enfin il faut commencer à travailler avec la société civile, pour voir comment l’on peut porter des projets avec ce peuple; avec les agriculteurs, les femmes, etc.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :