Publié par : Malika Benarab-Attou | 2 mai 2011

L’UE et le Sud ou la mobilité refusée

Alors que la Tunisie accueille en silence plus de 250 000 réfugiés sur son sol, la France et l’Italie, sous le regard de leurs homologues européens, présentent l’arrivée des réfugiés tunisiens et libyens sous la bannière d’une « invasion » sans précédent comme étant des « menaces à l’ordre public ». La France est submergée par des discours scandaleux d’hommes politiques dont la seule préoccupation est de tirer profit de la situation en vue des élections qui approchent à grands pas.

 

En accordant des autorisations de séjour de six mois aux réfugiés débarqués sur son territoire, l’Italie jette un pavé dans la marre européenne sans se soucier des conditions désastreuses de ces réfugiés. L’Italie considère donc ces réfugiés sous le seul angle d’un « fardeau » dont il faut à tout prix se débarrasser. Mission accomplie pour les Italiens, le bal est ouvert aux Français. Au niveau européen, cette crise entre les Etats membres révèle l’hypocrisie d’une politique dite « commune » d’immigration et d’asile.

 

Le vent de démocratisation qui souffle dans les pays de la rive Sud de la Méditerranée fait bel et bien trembler les piliers de l’Union Européenne. L’option posée par la France de Sarkozy de revenir sur le principe de libre circulation des personnes dans l’espace Schengen est symptomatique de cette crise politique qui bouscule les fondements même de l’UE. Le « printemps arabe » va t’il mener à une crise de l’UE due à son incapacité à parler d’une seule voix et à être solidaire avec ses partenaires ? Que sont devenues les valeurs de solidarité et de respect de droits de l’homme qui figurent dans nos traités ?

 

La forte stigmatisation des réfugiés entraîne une prise en otage de ces hommes et le déni total de leur situation personnelle. Il s’agit d’une gestion inhumaine, dégradante et dangereuse pour la sauvegarde des principes fondateurs de l’UE alors même que celle-ci ne cesse de déclarer son soutien absolu aux peuples de la rive Sud.

 

Au delà, la position du président Sarkozy et de son gouvernement pose la question du respect de ses obligations constitutionnelles auxquelles la France a souscrit par la voie des traités internationaux. Le choix du réfugié quant à son pays d’accueil n’est pas respecté. Au sein de l’UE, le demandeur d’asile est prié d’entamer sa procédure de demande d’asile dans le pays par lequel ce dernier est entré. C’est une pratique contraire à la Convention de Genève de 1951 qui prévoit que la demande d’asile peut s’effectuer dans le pays choisi par le réfugié, que cette demande soit ou non acceptée.

 

Ainsi, les modalités qui devraient assurer le respect des droits des réfugiés sur notre territoire restent en suspens. L’Union Européenne, si elle veut être reconnue comme un acteur crédible de la promotion des droits de l’homme, se doit d’empêcher ses Etats membres de violer constamment les traités internationaux lorsque leurs intérêts sont dits menacés. La Commission Européenne doit pouvoir dépasser l’hypocrisie des Etats et ‘ré-humaniser’ le débat sur la migration et la mobilité en évoquant les questions d’accueil et de traitement équitable pour tous les immigrés, réfugiés, et personnes en mobilité.

 

Si certains peuples du Sud ont décidé de changer le cours de leur histoire, l’Union Européenne semble être absente, dans l’ombre de l’histoire qui se joue aujourd’hui. Au lieu d’être en marche, l’UE est en marge et le restera tant qu’elle ne changera pas son approche et sa politique Nord-Sud à l’aune du « Printemps arabe ». Il s’agit pour l’UE d’être ambitieuse et visionnaire en favorisant l’intégration régionale du Maghreb et en apportant sa contribution à la réalisation d’une Union de la Méditerranée fraternelle et plurielle.

 

Malika Benarab-Attou, Députée européenne


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :