Publié par : Malika Benarab-Attou | 18 juillet 2011

Lutte contre le décrochage scolaire : où en est-on ?

Lutte contre le décrochage scolaire : où en est-on ?

Dans l’Union européenne, un jeune sur sept quitte l’éducation et la formation avec des qualifications correspondant, au mieux, au premier cycle de l’enseignement secondaire.

Les 27 États membres de l’Union européenne se sont engagés à réduire à moins de 10 % la moyenne de jeunes quittant prématurément l’école d’ici à 2020, mais les progrès sont lents et le taux de décrochage scolaire reste aujourd’hui de 14,4 %.

 

Comment lutter ?

Les motifs pour lesquels les jeunes « décrochent » sont nombreux et souvent très personnels. Il peut s’agir de difficultés d’apprentissage et de mauvais résultats, de problèmes sociaux ou d’un manque de motivation, d’orientation ou de soutien. La configuration du système d’éducation et de l’environnement dans les différentes écoles joue également un rôle.

 

Afin de prévenir le décrochage et soutenir le retour des jeunes dans l’enseignement, il faut aborder à la fois l’éducation et la politique sociale.

Nos stratégies doivent inclure un large éventail de mesures telles que l’accueil et l’éducation des jeunes enfants, la transformation des écoles en endroits encourageants pour tous les élèves, la mise en place d’un soutien individuel en cas de besoin et d’équipes diversifiées comprenant pédagogues, psychologues et assistants sociaux.

Nous devons également offrir aux jeunes qui ont abandonné l’éducation et la formation une deuxième chance dans un environnement d’apprentissage répondant à leurs besoins spécifiques, afin de les aider à retrouver confiance en eux et dans leur capacité d’apprentissage.

Mais que cherche-t-on à évaluer ? Il nous faut réfléchir aux différentes voies d’acquisition et d’appropriation de connaissances et donner du sens aux activités d’enseignement : pourquoi, pour suivre quel objectif, un jeune va-t-il à l’école ? Des pédagogies actives peuvent rendre l’apprenant acteur-auteur de ses apprentissages et lui donner l’envie d’approfondir ses connaissances et de développer la pratique d’apprendre à apprendre. À l’ère du numérique et face au déferlement d’informations qui s’ensuit, acquérir un esprit critique et d’analyse peut favoriser la compréhension du monde dans lequel nous vivons et permettre aux jeunes de faire un usage réfléchi de leurs compétences.

Repenser certains aspects de la formation des enseignants et réformer les systèmes d’orientation sont autant de mesures qui, face au vieillissement de la population, aideront les pays européens à ne pas gaspiller 6 millions de jeunes talents.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :