Publié par : Malika Benarab-Attou | 12 janvier 2012

Un « Pacte contre l’échec scolaire »

Ayant signé le « Pacte contre l’échec scolaire », je vous invite à découvrir cet article du Journal Libération.

 

Malika Benarab-Attou

 

Un « Pacte contre l’échec scolaire » signé par quelque 50 personnalités

 

PARIS (AFP) – Une cinquantaine de personnalités, dont Abd Al Malik, Boris Cyrulnik ou Stéphane Hessel, ont signé un « Pacte contre l’échec scolaire » publié jeudi dans Libération et lancé par l’Afev, une association d’étudiants bénévoles faisant du soutien dans les quartiers populaires.

Ce pacte, qui avait fait l’objet d’une première mouture après la « quatrième journée de refus de l’échec scolaire » organisée en septembre 2011 par l’Afev, sera présenté aux candidats à l’élection présidentielle. Il est consultable sur internet.

Selon l’association, la France connaît « un échec scolaire massif » notamment parce que « notre système scolaire est caractérisé par une forte pression sur les élèves et leurs parents et par une compétition qui créent de la souffrance et nuisent à son efficacité ».

Il faut donc « passer d’un système de +sélection+ à un modèle de +promotion+, d’où chaque enfant, quelles que soient ses difficultés et ses appétences, pourra sortir avec la qualification et les compétences nécessaires (…) avec un rapport confiant aux apprentissages et une image positive de soi ».

Pour cela, le pacte affiche trois axes: « en finir avec l’amalgame effort et souffrance », « réinventer le collège unique » et « pour une orientation choisie en filière professionnelle ».

Pour ne pas confondre effort et souffrance, il prône en primaire de remplacer les notes par une évaluation, une des revendications phares de l’Afev. Plus généralement, il faut « intégrer le travail personnel au temps scolaire afin de ne plus laisser les plus fragiles seuls face à leurs devoirs ».

Le collège doit lui être « repensé comme le prolongement de l’école primaire », notamment en limitant les premières années le nombre d’intervenants.

Enfin, la revalorisation de la filière professionnelle nécessite un « plan global » dont le financement « pourrait s’appuyer sur la refonte de la taxe d’apprentissage », selon l’Afev.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :