Publié par : Malika Benarab-Attou | 18 avril 2012

Le Parlement européen ne renouvelle pas son contrat avec la société G4S

17 Avril 2012, la Journée internationale des Prisonniers palestiniens hautement symbolique : non renouvellement par le Parlement européen de son contrat avec la societé G4S

Suite aux enquêtes menées par l’Agence danoise DanWatch ONG (http://www.danwatch.dk/) et au rapport réalisé par Who profits (http://www.whoprofits.org/), une organisation non-gouvernementale israélienne, l’entreprise G4S assurant la sécurité au Parlement européen était mise en cause. En effet, ce rapport démontre que la plus grande entreprise au monde de sécurité anglo-danoise, présente dans plus de 120 pays, assure la sécurité des check-points, des colonies israéliennes en Cisjordanie et des prisons israéliennes. G4S fournit également les équipements nécessaires (scanners, rayon-X, etc.) aux check-points et aux prisons dans lesquelles les prisonniers politiques palestiniens sont détenus en violation du droit international.

Le 25 mars 2011, nous avons été 28 eurodéputés à adresser à Jerzy Buzek, ancien Président du Parlement européen, une lettre (cf. ci-dessous) dans laquelle nous dénoncions les agissements de G4S. Le Parlement européen ne peut confier sa sécurité à une entreprise qui participe aux activités d’occupation illégale des territoires palestiniens. Par conséquent, il a été demandé à M. Buzek de prendre les mesures adéquates afin d’exiger de G4S qu’elle cesse toutes ses activités liées aux check-points et prisons israéliennes pour les Palestiniens faute de quoi les eurodéputés exigeraient le non-renouvellement de son contrat avec le Parlement Européen.

 Le 17 avril 2012, on apprenait le non renouvellement du contrat de G4S, c’est donc un moment hautement symbolique puisque c’est la Journée internationale des Prisonniers palestiniens. Une journée qui rappelle aussi le nombre croissant des grèves de la faim dont celle de Hana Shalabi et Khader Adnan, détenus par Israël sans motif.

Je me félicite de cette sanction. Nous ne pouvons laisser l’Etat d’Israël, soit directement soit indirectement, agir comme bon lui semble sous prétexte des dangers qui menaceraient la sécurité intérieure. Les droits les plus fondamentaux des prisonniers palestiniens ne sont pas respectés et les violations des dispositions internationales sont monnaies courantes. Le non-renouvellement de ce contrat est un signal politique très fort à l’égard d’Israël et L’UE doit continuer en ce sens. Toutes les formes de violations des droits et libertés, quelqu’en soient les auteurs, doivent-être condamnées.

Malika Benarab-Attou, Députée les Verts/ALE

letter to Buzek – G4S (2)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :