Publié par : Malika Benarab-Attou | 19 avril 2012

Emploi : des alternatives aux politiques de rigueur en réponse à la crise ?

Emploi : des alternatives aux politiques de rigueur en réponse à la crise ?

Ce mercredi 18 Avril, la Commission européenne a présenté son paquet pour l’emploi « Vers une relance de l’emploi et de la croissance ». Cette communication vise à compléter les priorités définies par le Rapport Annuel de Croissance et mettre en place des objectifs à moyen-terme dans le cadre de la Stratégie Europe2020.

 A travers cette communication, la Commission propose enfin une approche visant  la création d’emplois : une première étape pour rééquilibrer les mesures de rigueur proposées jusqu’à maintenant pour répondre à la crise ?

 Tout au long de sa communication, la Commission évoque différentes solutions pour maintenir la demande globale, en passant par les subventions à l’embauche, la promotion de l’entreprenariat, la mobilisation des fonds européens et en invoquant également l’effort de solidarité nécessaire des pays ayant des comptes publics positifs pour relancer la croissance. En tant qu’écologistes, nous nous félicitons en particulier de l’importance donnée aux emplois verts dans cette communication, présentés comme un des secteurs clés de relance de l’économie, aux côtés des emplois dans le secteur de la santé et des technologies de l’information et de la communication.

 Il faut également mentionner la proposition de réduction des taxations sur le travail, réduction qui serait compensée par des taxations sur l’environnement, sur la consommation ou la propriété. Cette initiative visant à réduire le coût du travail et favoriser l’embauche ne doit cependant pas se faire au détriment des citoyens les plus pauvres et nous préconisons la mise en place d’un filet de protection sociale destiné à ceux qui seraient susceptibles d’en payer les conséquences.

 En ce qui concerne le sujet controversé du salaire minimum,  nous nous réjouissons que la Commission reconnaisse la nécessité de diminuer le risque de pauvreté chez les travailleurs en recommandant la mise en place de salaires minimums dans tous les Etats Membres. Nous restons cependant sceptiques quant à la nécessité de salaires minimums sectoriels, différenciés selon les branches de l’économie, qui visent surtout à assurer une plus grande compétitivité des entreprises et non plus à garantir de meilleures conditions de vie pour les salariés.

 Pour finir, soulignons les initiatives liées à la jeunesse : la Commission réitère sa volonté d’adopter, dans le courant de l’année 2012, un cadre de qualité pour les stages et une garantie pour la jeunesse (à savoir la garantie d’une proposition d’emploi, de stage ou de formation dans les 6 mois suivants la fin des études).

 Les mois à venir seront l’occasion de faire pression pour que ces initiatives ne restent pas lettres mortes et qu’elles entérinent une nouvelle vague de solutions pour faire face à la crise: des solutions écologistes, sociales et aptes à  répondre aux attentes des citoyens européens.

 

Malika Benarab-Attou


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :