Publié par : Malika Benarab-Attou | 27 novembre 2012

Quelles ambitions pour l’Europe des jeunes ?

La commission Culture et Éducation du Parlement européen a voté ce matin en faveur du nouveau programme de l’UE dans les domaines de l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport. Les eurodéputés proposent une augmentation de 70% du budget afin de doubler le nombre de bénéficiaires du programme pour 2014-2020.

Pour Malika Benarab-Attou, députée européenne membre de la commission Culture et Éducation :

« Afin de favoriser la mobilité européenne des étudiants de master, le vote entérine un nouveau dispositif de garantie de prêts. La Commission européenne aurait du dresser un état des lieux de l’endettement actuel des étudiants en Europe et faire une étude d’impact actualisée afin que nous puissions prendre position en connaissance de cause. De plus, le programme sanctuarise un budget de 881 millions d’euros pour ce nouveau dispositif: nous aurions souhaité que ce montant soit réduit au bénéfice d’une augmentation du nombre de bourses. »

L’euro-députée poursuit :

« Le programme, rebaptisé « YES Europe », revient sur la proposition de la Commission européenne, « Erasmus pour tous ». Il est regrettable de se priver d’Erasmus, seul label européen connu du grand public dans le domaine de l’éducation et de la formation. Ce choix contrevient de plus au principe du multilinguisme : « Erasmus pour tous » peut être traduit et décliné dans les 23 langues de l’Union, ce qui n’est pas le cas de « YES Europe », intraduisible dans d’autres langues et sans aucune corrélation directe avec la formation. »

« Enfin, il eut été important de mentionner l’importance du développement des échanges euro-méditerranéens. Une attention particulière devrait être portée au renforcement de la coopération avec les pays du sud de la Méditerranée, en particulier dans le domaine de l’enseignement et de la formation professionnels. »

Pour Karima Delli, députée européenne Europe-Écologie les Verts, membre de la commission de l’emploi et des affaires sociales et de l’Intergroupe Jeunesse :

« Il ne faudrait pas que les cures d’austérité court-termistes minent les politiques d’avenir comme le programme Erasmus. Alors que le chômage des jeunes augmentent de façon alarmante en Europe, le budget du programme Erasmus doit être augmenté, car ce programme favorise la mobilité et l’adaptabilité des étudiants, futurs travailleurs. L’Europe ne peut tourner le dos à sa jeunesse au nom de l’austérité. »


Responses

  1. Merci pour votre remarque sur l’atteinte au multilinguisme que constitue le titre du programme « Yes Europe ». Promouvoir l’anglais comme langue standard, c’est nuire à la culture européenne.
    Pour moi, l’Europe des jeunes passe non seulement par le programme Erasmus, mais aussi par un éveil à la culture européenne dès la scolarité, notamment en littérature (il faut faire lire Kundera, Camoens et Lagerkvist à nos lycéens !) et en musique. La musique populaire européenne est de plus une porte d’entrée vers la diversité linguistique du continent.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :