Publié par : Malika Benarab-Attou | 23 octobre 2013

« Tourisme des prestations sociales? » : ne nous trompons pas d’enjeu !

fleche_pays_europeMardi 22 Octobre, en session plénière du Parlement européen à Strasbourg, Malika Benarab-Attou est intervenue lors du débat avec Laszlo Andor, Commission européen à l’emploi et aux affaires sociales, sur le pseudo ‘tourisme des prestations sociales’[1]dans le contexte de la libre circulation au sein de l’Union européenne.

Ce débat intervient au moment où les mesures transitoires de restrictions d’accès au marché du travail, imposées jusque-là par 8 États membres (dont la France,) à la Roumanie et à la Bulgarie vont être levées. Dans ce contexte particulier et dans le cadre du débat sur la situation des Roms, l’Allemagne, l’Autriche, le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont manifesté leur inquiétude et ont demandé la possibilité de prononcer une interdiction de territoire aux citoyens de l’UE commettant une fraude aux prestations sociales.

Dans ce contexte, l’Eurodéputée a demandé à la Commission européenne de donner la priorité au droit à la libre circulation, à la solidarité et à un seuil minimal de protection sociale :

« Chers collègues, Monsieur le Commissaire,

Ne nous trompons pas d’enjeu : ce n’est pas le risque d’abus des systèmes de protection sociale nationaux qui fragilise la mobilité, c’est au contraire, le manque de coordination et d’harmonisation de nos systèmes sociaux qui est un obstacle.

Il est vrai que certains citoyens, au sein de l’UE, ont plus besoin de prestations sociales que d’autres mais la politique d’austérité n’a fait qu’augmenter ces besoins mais les États ne règleront rien en tentant d’imposer des restrictions à liberté de circulation qui est un de nos acquis fondamentaux.

Nous avons besoin d’une réponse sociale européenne à la crise et il est temps pour les États membres de se tourner vers les propositions de la Commission européenne en matière sociale, que je salue,  et notamment la publication d’indicateurs sociaux, première étape vers la garantie ‘d’un seuil de protection sociale’. La garantie d’une protection sociale minimale et d’un revenu minimum quel que soit l’État membre d’accueil serait une solution beaucoup plus ambitieuse en cohérence avec nos valeurs et notre projet d’une Union solidaire. »


[1] ‘Le tourisme des prestations sociales’ signifie qu’un individu utilise son droit de libre circulation au sein de l’UE afin de profiter des prestations sociales plus avantageuses dans un autre État membre   

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :