Publié par : Malika Benarab-Attou | 9 janvier 2014

UE / Troïka : le Parlement européen évalue l’impact social des mesures de rigueur

Ce jeudi 9 janvier,  dans le cadre d’une audition publique organisée au Parlement européen par la commission Emploi et affaires sociales, les eurodéputés ont entamé un travail sur l’évaluation de l’impact social des réformes imposées par la troïka (Fonds Monétaires International, Banque Centrale Européenne et Commission européenne) dans les pays du programme de la zone euro. Malika Benarab-Attou, eurodéputée (Les Verts/ALE), Membre de la commission Emploi intervient :

« En Grèce, au Portugal, en Irlande, à Chypre, les indicateurs sociaux sont dans le rouge.  En réponse à la crise financière,  la troïka a imposé à tous ces États des mesures de rigueur et les citoyens en paient aujourd’hui le prix. A l’heure où la Grèce prend la présidence tournante de l’UE, il est temps de faire un bilan et de tirer la sonnette d’alarme. 

Le comité européen des droits sociaux en charge du contrôle de l’application de la Charte sociale[1], signée par tous les États membres de l’UE, nous l’a rappelé aujourd’hui : le bilan des États membres quant à l’application de la Charte est très négatif. Le comité a, par exemple, porté une réclamation en 2012 contre la Grèce concernant la mise en place d’un salaire minimum pour les jeunes travailleurs en dessous du seuil de pauvreté !

La fin ne justifie pas toujours les moyens, il nous faut repenser les moyens mis en place pour faire face à la crise. Comme le rappelle l’Article 9 du Traité sur le fonctionnement de l’UE[2], l’Union Européenne doit être au service des citoyens. Il s’agit d’un objectif fondamental afin que les citoyens croient de nouveau en l’UE.

Une monnaie unique demande une plus grande intégration budgétaire mais aussi sociale : un réel pilier social commun. Une première initiative concrète, au service des citoyens les plus en difficulté, pourrait être la mise en place d’un revenu minimum décent au-dessus du seuil de pauvreté dans tous les États membres. »


[2] Article 9 TFUE « Dans la définition et la mise en œuvre de ses politiques et actions, l’Union prend en compte les exigences liées à la promotion d’un niveau d’emploi élevé, à la garantie d’une protection sociale adéquate, à la lutte contre l’exclusion sociale ainsi qu’à un niveau élevé d’éducation, de formation et de protection de la santé humaine »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories